On part « into the wild » avec le trip-hop paralysant du grand Douglas Appling.