Encore un morceau des plus planants signé Kill Emill, producteur brésilien « exilé » en Grèce.