Yous Mc, c’est un peu le poto rappeur qui freestyle dans ta cuisine quand il y a soirée dans le salon. Naviguant entre ses collectifs DawaDeluxe & Kilotone, son association Air de Zoo et son projet rap solo, le rappeur multifonction sort en Février dernier « Y« , son premier album travaillé dans les méandres du milieu indé toulousain.Yous MC - Y

Yous, peux tu nous présenter en quelques phrases ton premier album solo « Y » ?

C’est le premier, mais il représente une « petite fin » en soi. La fin d’un cycle, d’une période, d’un état d’esprit. J’ai écris les morceaux entre 2013 et 2016, sans forcement penser en faire un cd. Ça n’est que sur la fin que j’ai pris cette décision. C’est donc 14 titres, tout neufs écris « dans le ventre de la baleine ». Un endroit sombre, humide et froid qui m’a fait bien réfléchir sur nos vies.

Dans le morceau « La colline d’en face », tu revendiques clairement ton enfance en campagne.
Ton équipe est principalement constituée d’amis proches. Tu n’es ni un rappeur militant ni second degrés, encore moins bling bling… 

En fait tu représentes bien la diversité de profils qu’on peut retrouver dans le rap indé. D’ailleurs, c’est quoi être rappeur indé dans une ville comme Toulouse ?

Ouais, ni militant, ni second degrés, ni bling bling.. Merde qui suis-je ? ça passe si on parle de rappeur « inspiré » ?
Etre rappeur indé pour moi ça veut dire faire les choses par soi même, pour les siens. En plus dans une ville comme Toulouse où tu n’as pas la chance d’avoir de professionnel de la musique à un niveau medium tu es obligé d’y mettre tout, ton argent, ton temps, ton énergie…

C’est usant, mais c’est beau. Pour les proches, ça n’est pas forcement « concret » le rap. Le fait de sortir des skeuds, des clips, faire des scènes, ça leur montre aussi la concrétisation de notre art. C’est super important je trouve, du coup obligé de passer par là. Surtout pour moi c’est des rencontres, des relations forte, sincères et du plaisir bordel ! Et j’en place une pour ma bande de loups, CMF, KiloTone, AstropolR, BarbuGang, et tous les activistes de Toulouse ! beaucoup d’amour pour eux !

On te connaissait notamment au sein du groupe Dawa Deluxe, qu’en est il aujourd’hui ?

Les Dawa sont toujours là mais plus actif sur scène, ça reviendra un jour..
Pour le moment c’est Collectif Kilotone, et longue vie à lui !

En parlant de ça, Kilotone regroupe pas mal d’artistes du coin, peux tu nous en toucher deux mots ? La génèse, le projet et les objectifs ?

C’est un projet qui est né après la période des Jam Station que Willux organisait et des DawaDeluxe Block Party. On a fédéré pas mal d’artistes, et pour nous c’était la suite logique de faire un espèce de super groupe avec pas mal de tueurs de la ville. Du coup, le Kilotone c’est 4 musiciens, 9 mc’s et 1 Dj, que du lourd testostéroné ! Mélange de Jazz, de rap, de sueur et de scratch… En un an on a fait pas mal de chose, des bonnes salles, des petits bars.. En ce moment on rentre en studio pour taffer un premier album… J’dis ça j’dis rien…

Tu es aussi très impliqué dans l’asso Air de Zoo qui organise pas mal d’événements à Toulouse. Dernièrement, j’ai l’impression que vous avez réduis vos activités. De nouvelles priorités ?

Eh oui ! On a passé deux ans à organiser des concerts, des ateliers pédagogiques autour du graff avec les jeunes, mais là on se recentre sur le sons depuis un an ou deux. On a lancé le bandcamp, Air de Zoo maintenant c’est beaucoup de sons, pour le moment ça ce concentre autour de Samal, L’Erreür et moi même. On a sorti pas mal de choses depuis « À ces gens ». Il y a eu « Bohème », « Billy et Woodstock » de Samal… Je parle de Samal car pour moi, c’est un talent brut que pas grand monde arrive à capter. Allez écouter Samal !

En tant que représentant du milieu associatif et de la musique actuelle locale, que penses tu de l’évolution de la vie nocturne à Toulouse ?

Ah ça… Je trouve qu’on vient de passer un « deuil » de l’époque Dynamo ! Tout à chuté de fou ! C’est con parce qu’on à réussi à fédérer un public rap ici. Toulouse c’était en train de devenir une place incontournable pour le live rap fr.

Mais malheureusement ça change.. Plus de Dynamo comme on l’a connue, du coup plus trop d’orga rap. C’est pas une question d’envie de la part des asso je pense, tu dois être d’accord (rires), mais c’est plus un souci de conditions. Les salles sont chères, les artistes de plus en plus aussi, et surtout elles ne font pas du tout confiance au milieu rap je trouve, à part quand tu as des sous bien sûr…

Et surtout, surtout… On continue de booker des artistes qui en ont vraiment rien à faire d’être là. Des mecs qu’on à déjà vu, qui sont vieux et essoufflés… S’il vous plait, laissons tomber les ricains foireux et faisons confiance à la nouvelle scène francophone qui a la dalle ! Après, de manière générale sur la vie nocturne à Toulouse, pour moi ça se résume à un coup de fil aux flics parce que tu habites au dessus d’un bar fréquenté et que tu aimes le silence. Partez sur la colline d’en face, c’est calme la bas.

Suivez l’actualité de Yous Mc sur son facebook, et chopez son album « Y »  sur deezer ou bandcamp.

 

Propos recueillis par Adrien Pierrin